A la rencontre des gilets jaunes... Vers une grève générale généralisée ?

, par Pala

A la rencontre des gilets jaunes...
Vers une grève générale généralisée ?

les Gilets Jaunes sont nés d’une quasi génération spontanée à l’occasion de l’augmentation de la fiscalité de l’essence et du diesel. Pour une fois, les réseaux sociaux produisent en France une situation intéressante. Pas le printemps arabe, mais une situation peut-être pré-insurrectionnelle.... L’occasion d’une méprise plus encore que d’un mépris. Cette augmentation de la fiscalité énergétique n’a rien à voir avec l’urgence de la réduction des gaz à effet de serre et d’un rééquilibrage écologique. Ou alors, on taxerait l’aviation et la navigation marchande, la pétrochimie, les plus gros pollueurs selon les termes pollueur = payeur.... Il s’agit juste pour le gouvernement de récupérer du pognon abusivement refilé aux riches et aux puissants, depuis 18 mois. ET les Gilets Jaunes, peu politisés, mais pas idiots, l’ont bien compris. Notre trop cher président, lui, n’a rien compris, comme à son habitude. L’ENA n’est pas fait pour apprendre à comprendre le peuple. Juste pour l’administrer ou lui "administrer" des corrections. Mais quand le peuple se réveille, se révolte, alors, l’énarque est en panne. Cela n’est pas prévu dans le manuel. Comment le serait-ce ? Alors, c’est la litanie des phrases idiotes, où l’on traverse la rue pour trouver du travail, aux Champs Elysées, où les gens ne sont rien face à ceux qui sont tout. Où René Char, le poète, est pris de court, avec sa recherche de la base et du sommet, quand le président se prend pour le sommet. Alors voilà. Peut-être est-il temps de rejoindre les Gilets Jaunes, dont les revendications s’étoffent, se multiplient. Le même jour, est annoncée une manifestation unique, internationale, contre le réchauffement climatique, le prétexte adopté par notre trop cher président pour l’augmentation de ces taxes énergétiques. N’est-ce pas l’occasion de faire rencontre, de discuter et de mieux se comprendre ? Et puis d’attaquer, ensemble, ce gouvernement croupion et ce président ilote, toujours plein d’arrogance ? Voilà ce que nous proposions il y a déjà deux ans, dans notre journal La Gueule ouverte. Ici, un lien : http://lagueuleouverte.info/Vers-la-Greve-Generale-Generalisee

"La Nuit Debout a remis à l’ordre du jour la perspective de la Grève Générale, avec pour premier objectif le retrait sans conditions de la loi « Travaille ».
En effet, si le retrait de la loi sera la victoire dont nous avons besoin, il ne pourra être obtenu que par l’élargissement du mouvement actuel et des formes d’actions permettant de faire plier le pouvoir. Cela s’appelle la Grève.
Mais ensuite ? Si nous obtenons le retrait de la loi, nous aurons certes fait un pas dans notre remise en cause du système, mais aurons-nous gagné pour autant ? Cela n’est pas certain, car une victoire peut-être aussi démobilisatrice qu’une défaite. On l’a vu en 1968 où la grève générale a débouché sur des acquis certes substantiels, mais aussi sur une démobilisation rampante et la remise en cause progressive des acquis obtenus. On l’a vu en 95 où le retrait du plan Juppé a clos le mouvement et débouché sur l’élection en 97 du gouvernement Jospin qui a mis en place une vague de privatisations sans égale et débouché sur le désastre électoral de 2002. On l’a vu en 2005 où la victoire du Non au référendum européen n’a pas été suivie de la mobilisation suffisante pour empêcher que les mesures qu’il proposaient ne soient imposées en contrebande par le traité de Lisbonne. On le verra si le retrait de la loi a pour conséquence la fin du mouvement et la poursuite de mesures qui sont d’ores et déjà plus ou moins appliquées."...

rendez-vous samedi, dans Paris et ailleurs, d’une manif à l’autre, d’un groupe à l’autre, afin de discuter, de s’organiser...