Tribune. Messieurs Hollande et Valls, malgré les attentats, les Belges, eux, ne sont pas en guerre

Nous avons reçu ce message par mail :

Ami-e-s français-es,

En ce lendemain de jour noir qui a vu Bruxelles rejoindre Paris dans la trop
longue liste des villes blessées

par les adorateurs de la mort, je ressens le besoin de vous faire parvenir
un petit message de fraternité.

Sur les médias français, que je suis avec attention, j’ai observé beaucoup
de sympathie et de solidarité et,

hélas, quelques couacs venus souvent de personnes se drapent dans vos trois
couleurs et qui en trahissent

les valeurs (comme certains trahissent les valeurs de l’islam).

Difficile peut-être de comprendre un pays aussi complexe, au carrefour des
pensées latine, germanique

et anglo-saxonne et une ville où 80% des habitants ont au moins un des
grands-parents venus d’ailleurs…

Aussi, je vous transmets les 3 messages bien belges que j’ai trouvé les plus
beaux
, qui m’ont fait le plus de bien

et qui dévoilent un peu l’esprit qui anime notre petit pays qui adore
l’autodérision. Voici donc :

1) Le « Café serré » de Thomas Gunzig, qui m’a servi un déjeuner « cœur
serré » dès le lever, à la matinale de

la RTBF, radio que j’apprécie de plus en plus et qui reste un îlot
d’intelligence dans des médias par trop aux ordres :

<http://www.rtbf.be/video/detail_le-...>
http://www.rtbf.be/video/detail_le-cafe-serre-de-thomas-gunzig?id=2094354

2) Le texte d’une Bruxelloise venue d’ailleurs, comme tant d’entre nous :

<http://www.levif.be/actualite/belgi...>
http://www.levif.be/actualite/belgique/temoignage-je-ne-suis-pas-morte/artic
le-normal-481499.html ,

3) Le clip de celui qui, un jour, viendra peut-être succéder à la bande
des humoristes de la RTBF
 :

<https://www.facebook.com/8683222831...>
https://www.facebook.com/868322283181930/videos/vb.868322283181930/130559925
2787562/ ?type=2&theater

Amour, bravoure, humour, forces de résistance qui riment avec nour, lumière
en arabe, parce que la fraternité

n’a pas de frontières et que face aux adorateurs de la mort, le dernier mot
doit rester aux défenseurs de la vie.

Si un objecteur de croissance peut s’autoriser à vous faire une demande, en
ces jours de trouble, c’est que vous tentiez

de faire comprendre à vos dirigeants actuels, Messieurs Hollande et Valls,
qu’ici, la toute grande majorité des gens

ne se sentent pas en guerre et ne veulent pas entrer en guerre. Nous sommes
déterminés à lutter contre des petites

frappes dévoyées qui ont trouvé un prétexte idéologique pour justifier la
haine qui est dans leur cœur, mais nous

ne voulons pas laisser entrer cette passion morbide et malsaine dans nos
cœurs, même en colère.

En espérant ne pas vous avoir ennuyé avec ce message de paix, je vous
souhaite de belles journées de printemps.

Alain Adriaens

La lumière est au bout du tunnel,

sous le mot « Libération »