Zad partout. Manif pour reprendre la main. Des jours heureux, le 27 février 2016, à Notre Dame des Landes. - commentaires Des jours heureux. Le 27 février 2016, à Notre Dame des Landes. 2016-04-07T12:49:24Z http://lagueuleouverte.info/Des-jours-heureux-Le-27-fevrier-2016-a-Notre-Dame-des-Landes#comment4 2016-04-07T12:49:24Z <p>Pour prolonger un peu plus, voir le texte ci-dessous, très éclairant...</p> <p><i>"Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s'y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d'importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme… À y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !"</i></p> <p><i>« Adieu, 1945, raccrochons notre pays au Monde »</i>, Denis Kessler, Challenges, nº 94, 4 octobre 2007, p. 38 (lire en ligne) le lien ne fonctionne pas :-). Il est éditorialiste au magazine économique « Challenges » à compter d'octobre 2007.</p> <p>Sa volonté de « défaire méthodiquement le programme du CNR » a suscité l'indignation de membres survivants du Conseil National de la Résistance (CNR) dont Raymond Aubrac qui, dans le film Les jours heureux, lui décerne avec humour le titre de « meilleur allié de la gauche » (sous-entendant : pour avoir osé dire une telle chose). C'était avant François Hollande et Manuel Valls...</p> <p>Denis Kessler prône l'abolition de la loi des 35 heures dont il décrit les conséquences négatives pour l'économie française.</p> <p>Il a été élu le 11 janvier 2016 à l'Académie des sciences morales et politiques, au fauteuil de Michel Albert, décédé en 2015.</p> <p>Denis Kessler, né le 25 mars 1952 à Mulhouse, est un économiste, chercheur et dirigeant d'entreprise français. Il a été vice-président du MEDEF. Il est actuellement le PDG du groupe Scor (groupe de ré-assurance), administrateur de BNP Paribas SA, Dassault Aviation, et Invesco Ltd. Il est membre de l'Institut (Académie des sciences morales et politiques) depuis janvier 2016.</p> <p>Président du club "Le Siècle" de janvier 2008 à décembre 2010, Vice-président exécutif du MEDEF de 1998 à 2002,<br class="autobr" /> Président de la Commission économique du MEDEF, chargé des affaires économiques et internationales de 1994 à 1998.<br class="autobr" /> Il avait commencé par des études brillantes à HEC puis à l'Université pour se retrouver directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et Professeur à l'Université Nancy II, entre 1990 et 1997.<br class="autobr" /> Il démissionne pour entrer alors résolument et faire carrière au sein du Medef. Une belle carrière...</p> <p>(Merci à Wikipédia, dont j'ai reproduit une bonne partie du texte...)</p>